Nicolas Aiello, par Camille Paulhan

NICOLAS AIELLO, par Camille Paulhan « Atteindre une certaine concentration monacale » Publié en Mai 2021 (Épisode #13 – Feuilleton à suivre sur thankyouforcoming !) • Je n’y peux rien, les ateliers m’émeuvent ; je voulais proposer pour thankyouforcoming des portraits d’atelier, des propos d’artistes glanés dans ces lieux, devant leurs œuvres. Il n’y est d’ailleurs pas forcément question de ces dernières, mais plutôt de ce qu’un atelier fait à la production artistique, de comment y travaille-t-on, comment y flâne-t-on. Savoir, au juste, si et comment la lumière spécifique de l’automne sur les carreaux, l’acoustique défaillante ou les odeurs du restaurant mexicain au pied de l’immeuble influent sur les œuvres que produisent les artistes. Savoir, également, ce qu’on y écoute comme musique, quelles cartes postales ont été punaisées aux murs, si l’on marche sur des bâches, du papier bulle, des points de peinture ou des chutes de papier. Y voir, aussi, les para-œuvres, les infra-œuvres, les pas-tout-à-fait-œuvres, les plus-du-tout-œuvres, et être donc au cœur du moment du choix. Je n’avais pas très envie qu’apparaissent mes questions, elles se sont donc effacées. Téléchargez ici la publication en version PDF Site internet de l’artiste « Atteindre une certaine concentration monacale » Nicolas Aiello accompagnait un de … Lire la suite de Nicolas Aiello, par Camille Paulhan