tyvoli, tivoli, tivoly
Une exposition de Thomas Bénard
Du 30 janvier au 11 mars 2012
à la galerie chez-robert,
en ligne

Un projet chez-robert
http://www.chez-robert.com/

À propos de chez-robert

Lancement de l’exposition en ligne le 30 janvier

À l’occasion du finissage de l’exposition tyvoli, tivoli, tivoly, de Thomas Bénard en ligne chez-robert, retrouvez les concepteurs du projet le vendredi 02 mars, au « Motel bar », dans le 11ème arrondissement – Paris, à 19h00.

« Le motel » 8, passage Josset – 75011 Paris
(proche du croisement des rues Charonne et Ledru Rolin)

La tivolimania, l’un des sujets vedette de l’histoire des arts, est le point de départ du projet in situ développé par Thomas Bénard.

L’acte 1 pose le décor. Sept éléments sont disposés dans la galerie selon la forme synthétique d’un temple. La lecture linéaire des images est déréglée, les « faux-raccords » semblent paradoxalement délibérés.

L’acte 2 installe la dramaturgie. La lumière du jour est diffractée par la paroi rouge feu. Traditionnellement associée au décor de théâtre, cette couleur en souligne l’artificialité et l’espace symbolique de la représentation. Certaines parois sont tombées, ouvrant la galerie virtuelle à la campagne jurassienne d’où se pense le projet chez-robert.

L’acte 3 parachève la référence à la source, un ensemble de citations accompagnant désormais les images, extraites de descriptions du site tiburien.

Par cette succession de mises à distance avec le contenu original, Thomas Bénard porte un regard critique sur le statut des images et des conditions de leurs émission-réception stratifiées, particulièrement dans le contexte « iconophage » des nouveaux médias. Déployant dans ses ramifications multiples les usages de l’hypertexte, il brouille les pistes et les sources, joue du remploi de structures existantes, rappelant les pratiques de citation et de transformation qualifiées par Gérard Genette d’ « hypertextuelles », dans un ultime pied de nez à la filiation pittoresque et à l’exercice de style, où le pouvoir du spectateur est celui d’être conscient des ressorts du spectacle.

C. Migraine, Londres, Janvier 2012

Lire la version intégrale du texte