NIGHT SOIL – NOCTURNAL GARDENING

Chapitre 2 du projet What Happens to People
and What Happens to the Land is the Same Thing

Exposition-installation de Melanie Bonajo,
proposée par Chiara Nuzzi, curatrice et critique d’art,
dans le cadre d’ACROSS #16, avec la complicité de Claire Migraine.

VERNISSAGE VENDREDI 16 MARS 2018
à 19h00 au Narcissio
16 rue Parmentier, 06 Nice

Exposition du 17 mars au 20 avril 2018
Mercredi – samedi, de 14h30 à 18h00

Vendredi 20 avril 2018, ouverture exceptionnelle en nocturne (finissage).

À 20h, rencontre (apéritive) avec les commissaires d’exposition
et présentation du projet général What Happens to People and What Happens
to the Land is the Same Thing
.

https://www.google.fr/maps/place/3+Rue+Delille,+06000+Nice/@43.7011289,7.2748299,17z/data=!3m1!4b1!4m5!3m4!1s0x12cddabac419dc33:0x53c4156c418ad6bc!8m2!3d43.7011289!4d7.2770186""

Télécharger le dossier de presse de l’exposition

Télécharger le portfolio de Melanie Bonajo

NEW

Critique de l’exposition par Leïla Couradin, sur lacritique.org

Critique de l’exposition par Hélène Soumaré, sur Point Contemporain

Night Soil – Nocturnal Gardening
(ep.3), 2016
USA / Pays-Bas, digital, couleur, son, 50’, en boucle

Night Soil – Nocturnal Gardening est le titre d’une exposition-installation consacrée à l’œuvre vidéo éponyme réalisée en 2016 par l’artiste néerlandaise Melanie Bonajo. Transformé pour l’occasion en un site où le public pourra visionner le film dans une atmosphère véritablement immersive, Le Narcissio accueille pour la première fois en France ce dernier volet de Night Soil. Le projet consiste en effet en un documentaire expérimental en trois parties, évoquant la déconnexion vécue par les Occidentaux dans leur relation à la nature. En observant la façon dont certaines communautés se constituent et se rassemblent autour d’une utilisation alternative et « précoloniale » de la terre, la vidéo aborde des thématiques telles que le droit foncier des peuples autochtones, la subsistance loin des réseaux, le racisme et l’injustice dans les systèmes alimentaires, ou les effets des comportements consuméristes sur les animaux d’élevage.

Dans ce dernier chapitre, quatre protagonistes aux parcours très différents nous racontent leur histoire avec l’agriculture radicale. En léger décalage par rapport à l’habituelle curiosité de Melanie Bonajo pour les femmes vivant selon des normes alternatives et qui ont fondé des communautés à part, Nocturnal Gardening accorde plus d’attention encore à ces personnages féminins car l’artiste est convaincue qu’aujourd’hui encore, leurs voix ne sont pas suffisamment entendues. Toutes les quatre incarnent avec intensité des femmes fortes et progressistes: Mandana est une « revivaliste du Paléolithique », anarchiste et chasseuse-cueilleuse d’origine iranienne, qui vit actuellement exclusivement de la terre. Elle travaille comme éducatrice et herboriste, proposant un enseignement sur les plantes à la fois scientifique et spirituel. Leah Penniman est « organisatrice de justice alimentaire » et éducatrice pour les jeunes à la Soul Fire Farm, aux États-Unis. Il s’agit d’une ferme familiale qui s’emploie à démanteler les structures d’oppression régissant nos systèmes alimentaires et à mettre fin à l’injustice raciale par l’exploitation agricole, en développant l’agriculture durable auprès de populations marginalisées par l’apartheid alimentaire. Dafne Westerhof est agricultrice dans la région de la Frise, aux Pays-Bas, où elle mène une action d’éducation et de sensibilisation aux comportements et au bien-être des animaux d’élevage, en particulier les porcins. Lyla June Johnson, quant à elle, est une musicienne d’origine navajo, militante des droits fonciers autochtones et de la communication non violente.

Par l’intermédiaire de ces différents récits, où les protagonistes livrent de nouvelles modalités du vivre ensemble – appliquant des mesures qui invalident nos règles actuelles, en revendiquant haut et fort un système anticapitaliste du care – Melanie Bonajo combine à des fragments hallucinatoires tirés de sa propre imagination une approche stylistique quasi documentaire, qui explore les multiples réactions possibles face au sentiment de fragmentation et d’aliénation.

Cette exposition installation s’inscrit dans le programme d’événements What Happens to People and What Happens to the Land is the Same Thing conçu par Chiara Nuzzi dans le cadre de la résidence ACROSS fondée par thankyouforcoming à Nice. Dans le contexte actuel d’urgence écologique, le projet de Chiara Nuzzi, 16ème résidente du programme, s’intéresse au rôle de l’art en étudiant ses relations avec l’engagement environnemental, l’écologie politique ou les savoirs autochtones, en écho à notre propre modernité.
La totalité du projet, divisé en différents épisodes proposés au fil d’une résidence de 3 mois sur la Côte d’Azur, présente des œuvres et artistes qui explorent les liens inextricables de la nature avec l’économie, la technologie et la culture. Le premier événement de ce cycle, jeudi 15 février à 19h30 au Narcissio, a pris la forme d’une conférence de la commissaire d’exposition Chiara Nuzzi qui a présenté ses recherches en cours et a proposé une programmation vidéo rassemblant les œuvres des artistes Ursula Biemann & Paulo Tavares, le Karrabing Film Collective et Uriel Orlow.
Les deux chapitres complémentaires du programme What Happens to People and What Happens to the Land is the Same Thing consistent en cette exposition-installation du travail vidéo Night Soil – Nocturnal Gardening de l’artiste néerlandaise Melanie Bonajo, ainsi qu’en une exposition collective prenant la forme d’une promenade sonore, qui aura lieu dans un jardin botanique exotique de la Côte d’Azur (lancement le 22 avril 2018), avec la participation, entre autres, des artistes Islands Songs (Silvia Ploner & Nicolas Perret), Annika Kappner, Giacomo Raffaelli et Anna Raimondo. L’artiste française Mathilde Dadaux présentera une performance inédite, spécifiquement conçue pour l’occasion.

La troisième saison du programme ACROSS est réalisée avec le soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. La résidence de Chiara Nuzzi bénéficie du soutien du prix ON BOARD 2017, promu par le MiBACT Ministry of Cultural Heritage and Activities and Tourism – General Directorate for Contemporary Art and Architecture and Urban Suburbs et par GAI – Association for the Circuit of the Young Italian Artists.

MELANIE BONAJO

Dans son travail, Melanie Bonajo se penche sur les paradoxes inhérents à l’idée de confort, avec un sens aigu de l’égalité, de la communauté et de la politique du corps. Au travers de ses vidéos, performances, photographies et installations, elle aborde des thèmes liés à la façon dont les avancées technologiques et la marchandisation du plaisir viennent accroître la sensation d’aliénation, en supprimant chez l’individu le sentiment d’appartenance. Souvent, dans ses documentaires expérimentaux, elle explore des communautés qui vivent ou travaillent aux lisières de la société, marginalisées par l’illégalité ou par l’exclusion culturelle. Fascinée par la notion du divin, Melanie Bonajo sonde le vide spirituel de sa génération, observe le glissement qui s’opère dans notre relation à la nature, et tente de résoudre des questions existentielles en interrogeant nos vies domestiques, autour des concepts de classification, de foyer, de genre et de vision de la valeur des choses.

Le travail de Melanie Bonajo – expositions et performances – a été présenté dans des institutions artistiques internationales telles que la Tate Modern (Londres), le EYE Film Museum (Amsterdam), le STUK (Louvain), de Bond (Bruges), le Rogaland Kunstsenter de Stavenger (Norvège), De Appel Arts Centre (Amsterdam), le Centre for Contemporary Art (Varsovie), le Stedelijk Museum (Amsterdam), la Biennale de Moscou, le Musée national d’art moderne et contemporain de Séoul, la Fondazione Prada (Milan), ou encore la PPOW Gallery et le MoMA PS1, à New York. Ses films ont été montrés à la Kunsthalle Basel, (2016), ainsi que lors de nombreux festivals, parmi lesquels l’International Film Festival de Rotterdam (IFFR), l’International Documentary Film Festival d’Amsterdam (IDFA), ou la Berlinale. En 2012, elle a lancé le collectif baptisé Genital International, qui aborde des thématiques telles que le féminisme, l’action participative, l’égalité, notre Planète, ou encore « La politique au-delà de la polarité » et « La révolution par la relaxation ».

Melanie Bonajo a également apporté sa contribution à plusieurs magazines d’art, exercé les fonctions de creative editor pour Capricious Magazine et assuré le commissariat d’un certain nombre d’expositions, parmi lesquelles le QQC Performance Festival, autour de la place de la musique pop dans les arts visuels, au Paradiso Amsterdam. Elle est l’auteure de divers ouvrages, dont le plus récent s’intitule Matric Botanica, numero 1 – Non-Human Persons, conçu par le studio graphique Experimental Jetset et publié chez Capricious Publishing (New York). En 2013, elle a sorti avec son groupe ZaZaZoZo (et en collaboration avec Joseph Marzolla) un album intitulé Inua. Elle travaille actuellement sur un projet musical en solo baptisé Mel’s Positive Morning Exercise. Le premier titre a été mis en ligne sur YouTube en 2016. Melanie Bonajo passe avec souplesse d’une plateforme à l’autre, surfant sans difficulté de la high culture à la low culture, ou sur l’organisation d’événements. Elle utilise sa musique et ses clips vidéo dans ses films, et se sert des réseaux sociaux pour sa création musicale et ses projets collaboratifs.

Melanie Bonajo a fait ses études à la Gerrit Rietveld Academy, un cursus qu’elle a complété par des résidences à la Rijksakademie voor Beeldende Kunst d’Amsterdam (2009-10) et à l’ISCP, à New York (2014). L’an dernier, elle faisait partie de la shortlist pour la sélection des Pays-Bas à la 57e Biennale de Venise. Son film Night Soil— Economy of Love, qui a récemment reçu un Tiger Award décerné par l’IFFR (2016), a été produit et programmé par le Schunck de Heerlen, aux Pays-Bas (2015). Il a également été montré, entre autres, à la Tate Modern, à l’AKINCI d’Amsterdam (2015) et au EYE Film Museum (2016). Récemment, Melanie Bonajo a présenté sa trilogie Night Soil dans une exposition personnelle organisée par le musée de la photographie FOAM, à Amsterdam, qui a ensuite intégré la collection du musée Bonnefanten de Maastricht. La trilogie a été dernièrement exposée au Frankfurter Kunstverein, ainsi qu’à la Haus der Kunst de Munich. En mars dernier, l’artiste a présenté la première de sa performance Pilgrimage with the Animal à la Tate Modern à Londres.

1_BONAJOMelanie_NIGHTSOIL_TYFC2018_PhotoFFernandez

2_BONAJOMelanie_NIGHTSOIL_TYFC2018_PhotoFFernandez

3_BONAJOMelanie_NIGHTSOIL_TYFC2018_PhotoFFernandez

4_BONAJOMelanie_NIGHTSOIL_TYFC2018_PhotoFFernandez

5_BONAJOMelanie_NIGHTSOIL_TYFC2018_PhotoFFernandez

6_MelanieBonajo_NightSoilNocturnal-Gardening_2016_CourtesyTheArtistAndAKINCI_1_web

7_MelanieBonajo_NightSoilNocturnal-Gardening_2016_CourtesyTheArtistAndAKINCI_2_web

8_MelanieBonajo_NightSoilNocturnal-Gardening_2016_CourtesyTheArtistAndAKINCI_3_web

Photo 1 à 5
Melanie Bonajo, vue de l’exposition Night Soil – Nocturnal Gardening, Le Narcissio, Nice, Avril 2018.
Cur. Chiara Nuzzi, dans le cadre de la résidence ACROSS.
Production : Thankyouforcoming / Claire Migraine.
Photo : François Fernandez.

Photo 6 à 8
Melanie Bonajo, Night Soil – Nocturnal Gardening, 2016, video still.
Courtesy the artist and AKINCI Gallery, Amsterdam.