ACROSS #15

Résidence critique et curatoriale à partir de Nice

Séjour de Lorenzo Bruni du 24 au 28 Janvier 2018

ACROSS #15 – Janvier 2018

Lorenzo Bruni (1976, Florence, Italie) est critique d’art et curateur indépendant. Depuis 2000, il coordonne le projet BASE / Progetti per l’arte, à Florence.

Depuis 2017, il est enseignant à l’Académie des arts et des nouvelles technologies (AANT) de Rome, pour les cours d’histoire de l’art et des arts visuels ainsi que de graphic design. La même année, il a assuré à la Galleria Enrico Astuni de Bologne le commissariat de l’exposition Il frammento come strumento (« Le fragment comme instrument »), avec les artistes Maria Thereza Alves, Øystein Aasan et Piero Gilardi. On lui doit également l’ouvrage et l’exposition intitulés Misurazioni (« Mesures »), autour d’Eliseo Mattiacci, pour la galerie Poggiali de Florence.

En 2016, il est intervenu en tant que consultant pour l’ouverture du musée Pecci de Prato, sous la direction de Fabio Cavallucci. La même année, il publiait aussi l’ouvrage 66/16, sur la dématérialisation de l’œuvre d’art des années 1960 à nos jours (chez Sputnik Edition en version anglaise, et avec Giacomo Prearo Editore pour la version italienne). En 2015, Lorenzo Bruni a enseigné l’esthétique des nouveaux médias à l’académie des beaux-arts de Bologne et de Florence. Dans le même temps, il organisait l’exposition collective – et intergénérationnelle – d’artistes internationaux Raccontare un luogo à la galerie Astuni, à Bologne, ainsi qu’une autre exposition collective au GAM de Palerme, aux côtés de Gianni Pettena (« architecte radical ») et Marc William Zanghi. En 2015 toujours, Fortino Edizioni publiait son ouvrage Parole, site specific e il mutamento della percezione dell’arte visiva dagli anni Novanta a oggi (sur les transformations de la perception des arts visuels depuis les années quatre-vingt-dix).

Dans les années qui ont précédé, Lorenzo Bruni est intervenu comme curateur pour différents musées et institutions, en Italie et à l’étranger, notamment pour KARST (Plymouth, Royaume-Uni), le RISO (Palerme), KCCC (Klaipeda, Lituanie), le HISK (Gent, Belgique), la Fondazione Lanfranco Baldi (Florence) ou le Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Etienne Métropole (France). Sa pratique de recherche curatoriale l’a conduit à mettre en place différents cycles d’expositions, qui étaient conçus comme des plateformes pour servir de support à la réflexion pratique et théorique et ont ensuite donné lieu à des livres ou à des articles. Parmi les thèmes abordés, l’idée d’un paysage contemporain, le retour à l’ère de Google Maps, la temporalité de la sculpture contemporaine, la tradition de la peinture abstraite à l’heure de l’omniprésence des écrans numériques, le design, les interactions entre la performance, la vidéo et le son, ou encore le cycle des expositions présentées entre 2005 et 2009 dans l’espace de Via Nuova Arte Contemporanea, sur l’héritage du modernisme.

FRAGMENTS AS A TOOL
Memory and Archeology in Contemporary art

Vendredi 26 janvier, à 20h00
Soirée de projections de films d’artistes
(Maria Thereza Alves, Rossella Biscotti, Uriel Orlow et Ulla Von Brandenburg)
Le Narcissio, 16 rue Parmentier, Nice
Entrée libre